écharper

écharper

écharper [ eʃarpe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1669; var. de escharpir (XIIIe); de l'a. fr. charpir charpie
1Blesser grièvement avec un instrument tranchant. balafrer, mutiler. « Hommes que la guerre a lésés, écharpés » (Colette).
2(av. 1755) Déchiqueter, massacrer. « Pour aller fusiller un chef d'État à bout portant et se faire écharper par la foule » (Romains). lyncher. Pronom. (Récipr.) Ils vont s'écharper. s'entre-tuer.

écharper verbe transitif (ancien français escharpir, de charpir, mettre en pièces) Blesser grièvement quelqu'un, le mutiler, le mettre en pièces : Écharper son adversaire.écharper (expressions) verbe transitif (ancien français escharpir, de charpir, mettre en pièces) Familier. Se faire écharper, subir les insultes, les critiques, les coups de quelqu'un. ● écharper (synonymes) verbe transitif (ancien français escharpir, de charpir, mettre en pièces) Blesser grièvement quelqu'un, le mutiler, le mettre en pièces
Synonymes :
écharper verbe transitif (de écharpe) Dans le bâtiment, entourer un fardeau d'une écharpe qui sert à l'empêcher de frotter contre les murs ou de s'accrocher aux échafaudages.

écharper
v. tr.
d1./d Faire avec un instrument tranchant une grande blessure à (qqn).
d2./d Mettre en pièces, massacrer. Le meurtrier fut écharpé par la foule.
Fig. Se faire écharper: se faire maltraiter, en actes ou en paroles.

I.
⇒ÉCHARPER1, verbe trans.
A.— TECHNOL. [Le compl. désigne un textile] Diviser les brins. Écharper la laine à matelas (BESCH. 1845).
B.— Usuel
1. [Le compl. désigne une partie du corps] Faire une longue blessure avec un instrument tranchant. Écharper le bras, le visage.
Emploi absol. :
1. L'artilleur donne du sabre à gauche, il en donne à droite. Tantôt il écharpe, tantôt il pique en avant.
RENARD, La Lanterne sourde, 1893, p. 16.
2. [Le compl. désigne une pers.] Mettre en pièces. Les cavaliers allaient écharper le malheureux Nicolas, mais, à un signe de l'officier, on le garotta (VERNE, M. Strogoff, 1876, p. 140). De tout jeunes enfants mutilés, estropiés, écharpés par les mines (GIDE, Journal, 1943, p. 242) :
2. Maurice Barrès disait que si Déroulède avait été tué ou blessé, Clemenceau aurait été écharpé par la foule qui attendait l'issue du duel à la sortie.
GONCOURT, Journal, 1892, p. 342.
Au fig. Blesser. La diatribe m'écharpe, Je suis âne ou scélérat (HUGO, Chansons rues et bois, 1865, p. 400).
[Le compl. désigne un groupe, une troupe] Tailler en pièces. Écharper un régiment, une armée. Ma compagnie fut écharpée (DUMAS père, Une Fille du régent, 1846, II, 11, p. 196).
Rem. 1. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. écharpé, ée. a) Blessé par un instrument tranchant. Celui-là qui râlait, avec un gargouillement de sang, la face écharpée de cet autre dont l'œil pendait (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 277). b) Taillé en pièces. Débris de régiments écharpés (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Tombouctou, 1883, p. 220). 2. Certains dict. enregistrent le dér. écharpage, subst. masc. Action d'écharper, de diviser les brins (d'un textile).
Prononc. :[], (j')écharpe []. Étymol. et Hist. 1. a) 1669 « faire (à quelqu'un) une balafre avec une arme tranchante » (HAUTEROCHE, L'Amant qui ne flatte pas, I, 1 ds LITTRÉ); b) av. 1755 « mettre en pièces, massacrer » (SAINT-SIMON, Mémoires ds ADAM, p. 203); c) 1864 « couper maladroitement » (LITTRÉ); 2. 1765 « diviser les brins de la laine » (Encyclop. t. 9, p. 183b, s.v. laine). Var. de écharpir, lui-même dér. de charpir : ca 1265 (RUTEBEUF, Œuvres complètes, éd. E. Faral et J. Bastin, t. 1, p. 348 : escharpir laine) — 1765, Encyclop., loc. cit.; ca 1290 « déchiqueter » (Glossaire de Douai, éd. M. Roques, 968) — 1598, Joubert ds GDF. Cf. aussi décharpir : ca 1290 « déchiqueter (des personnes) » (Glossaire de Douai, 781) — 1531, Miroir historial ds R. Hist. litt. Fr. t. 9, p. 473; XVIe s. « id. (un tissu) » (R. BELLEAU, Œuvres poét. ds GDF.) — 1611, COTGR. 1473 « séparer (des gens qui se battent) » (Archives Nationales, JJ 195, pièce 827 ds GDF.) — 1675, MOLIÈRE, L'Étourdi, V, 9. Bbg. LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 320.
II.
⇒ÉCHARPER2, verbe trans.
A.— Rare. Ceindre d'une écharpe. Écharper un maire (Nouv. Lar. ill.) Au part. passé. Les patrons et patronnes de lavoir, écharpés de bleu ou de rouge (DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p. 98).
Emploi pronom. réfl. Le grand cordon de l'Ordre (...) dont le gouverneur s'écharpait comme d'un symbole maçonnique (A. DAUDET, Port-Tarascon, 1890, p. 232).
P. métaph. Mais toute une population, un peuple vivait de ces bâtiments écharpés de vapeurs (LA VARENDE, Heur. humbles, Le Pou, 1942, p. 190).
B.— TECHNOL. Entourer d'une écharpe (pour faciliter la manœuvre). Écharper un fardeau (DG).
Rem. 1. La plupart des dict. du XIXe s. ainsi que Lar. 20e enregistrent le sens (art milit.) « marcher d'écharpe, en suivant une ligne oblique ». Nous crûmes prudent d'écharper pour surprendre l'ennemi (Lar. 19e). 2. Les mêmes dict. enregistrent le dér. écharpement, subst. masc., art. milit. Action de marcher en diagonale.
Prononc. :[], (j')écharpe []. Étymol. et Hist. 1. XVe s. [var. ms.] escharper « mettre en bandoulière » (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, t. 1, p. 113, 60 var.), emploi isolé; 2. 1516 escharpé « ceint d'une écharpe » (La grande propriété des bottes ds GDF.), attest. isolée; de nouv. 1838 au fig. (BARB. D'AUREV., Memor. 1, p. 234); 1890 au propre (A. DAUDET, loc. cit.); 3. 1676 « entourer (un fardeau) d'un cordage » (FÉLIBIEN, p. 564). Dér. de écharpe; dés. -er. Fréq. abs. littér. :38.

1. écharper [eʃaʀpe] v. tr.
ÉTYM. 1669; var. de escharpir, XVIe, de l'anc. franç. charpir « déchirer », du lat. pop. excarpere « déchirer » (→ Charpie).
1 (1765). Techn. Diviser les brins de (un textile). || Écharper la laine, le lin. Écharpiller.
2 (1669). Blesser grièvement avec un instrument tranchant. Balafrer, mutiler. || Écharper son adversaire. || Il lui a écharpé le visage. Entailler.
1 Hommes que la guerre a lésés, écharpés, sur qui elle a essayé les fantaisies de sa cruauté arbitraire (…)
Colette, l'Étoile Vesper, p. 75.
Par ext. Couper, tailler maladroitement. || Le chirurgien l'a écharpé. || Il a écharpé ce poulet avant de le servir à table.
3 (Av. 1755). Cour. Mettre (qqn) en pièces; massacrer. Charpie (mettre en charpie), déchiqueter, écharpiller. || Se faire écharper par la foule. → Compter, cit. 34. || La foule voulait écharper l'assassin. Lyncher. || Personne écharpée dans une bataille.Au p. p. :
2 (…) je voyais, par exemple, mon pauvre Tissaudier orgiastiquement écharpé par les hétaïres.
Gide, Si le grain ne meurt, I, VII, p. 192.
3 Je savais aussi qu'il s'était fait écharper par une automobile : c'est pourquoi il s'appuyait sur une canne, et boitait.
S. de Beauvoir, la Force de l'âge, p. 400.
Fig. Blesser. || Se faire écharper par la critique. Éreinter. || Son livre a été écharpé.
——————
s'écharper v. pron.
(Récipr.) || Séparez-les; ils vont s'écharper. Entre-tuer (s').
DÉR. Écharpage, écharpiller.
HOM. 2. Écharper.
————————
2. écharper [eʃaʀpe] v. tr.
ÉTYM. XVe; de écharpe.
1 (XVe). Rare. Ceindre (qqn) d'une écharpe.
Pron. || S'écharper, ceindre une écharpe.
2 (1676). Techn. Entourer (qqch.) d'une écharpe (5.). || Écharper des matériaux.
HOM. 1. Écharper.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • écharper — 1. (é char pé) v. a. 1°   Faire une grande blessure avec un instrument tranchant. On lui a écharpé le corps à coups de sabre. Écharper quelqu un. •   Qui peut dans sa fureur m écharper ou m occire, HAUTEROCHE l Amant qui ne flatte pas, I, 1.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • écharper — ÉCHARPER. v. a. Faire une grande blessure avec un coutelas, un cimeterre, etc. Il lui a écharpé le visage, écharpé le bras. Écharpé, ée. participe. [b]f♛/b] On dit, Tel Régiment a été écharpé, pour dire, A été presque entièrement détruit …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • écharper — vt. , mutiler, blesser grièvement, faire une large blessure (avec un couteau, un sabre...) : ésharpâ (Albanais.001, Annecy.003, Thônes), ésharpenâ vt. (Saxel.002). A1) écharper, anéantir // tailler en pièces // détruire presque entièrement… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ÉCHARPER — v. a. Faire une grande blessure avec un coutelas, un sabre, etc. Il lui a écharpé le visage, écharpé le bras.   Il se dit quelquefois au figuré, en parlant D une troupe qui est fort maltraitée, presque entièrement détruite dans un combat. Ce… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉCHARPER — v. tr. Maltraiter, détruire presque entièrement. Ce régiment fut écharpé. Ce misérable fut écharpé par la foule …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Se faire écharper — ● Se faire écharper subir les insultes, les critiques, les coups de quelqu un …   Encyclopédie Universelle

  • écharpiller — ⇒ÉCHARPILLER, verbe trans. A. TECHNOL. Diviser les brins de (un textile). Synon. écharper. Écharpiller le crin, c est le diviser avant de l employer (HAVARD). B. Au fig., fam. Détruire presque complètement, déchiqueter. Détruisons, déchirons, ( …   Encyclopédie Universelle

  • charpie — [ ʃarpi ] n. f. • XIIIe; a. fr. charpir « déchirer », puis « tailler le bois »; lat. pop. °carpire, de carpere « cueillir » 1 ♦ Anciennt Amas de fils tirés de vieille toile (remplacée par le coton, la gaze), servant à faire des pansements. Faire… …   Encyclopédie Universelle

  • écharpe — [ eʃarp ] n. f. • escharpe v. 1135; o. i., du frq. °skirpa « panier de jonc » ou p. ê. du lat. pop. °excarpere → écharper 1 ♦ (1306) Large bande d étoffe servant d insigne, passée obliquement de l épaule droite à la hanche gauche, ou nouée autour …   Encyclopédie Universelle

  • escarpe — 1. escarpe [ ɛskarp ] n. f. • 1549; it. scarpa, germ. °skrapa ♦ Fortif. (Anciennt) Talus de terre ou de maçonnerie au dessus du fossé, du côté de la place. Escarpe et contrescarpe. escarpe 2. escarpe [ ɛskarp ] n. m. • 1828; « vol et meurtre »… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”